A 100 jours de l’élection présidentielle, la France perd son triple A. Quelles sont les conséquences pour ses partenaires africains?


Ce vendredi 13, la France a perdu son triple A. Une note qu’elle detenait depuis 1975 chez Standard & Poor’s. En abaissant la note souveraine de la France de AAA à AA+, avec une perspective négative, l’agence de notation américaine a, par la même occasion, sorti la France du cercle des économies privilégiées dont la seule note suffit pour obtenir des emprunts sur le marché mondial des capitaux à des taux d’intérêt qui feraient rêver n’importe quel régime africain.

 

Mais, la France, qui est le résultat de deux empires, 40 rois et 5 Républiques, n’a pas à rougir d’embarras. Même si, dans cette situation, elle est mal accompagnée (l’Allemagne, voisine et rivale, l’a échappée belle); la France n’est pas seule dans cette catégorie des économies européennes dont la note souveraine a été dégradée par l’influente agence de notation new yorkaise. A ses côtés, l’on retrouve huit autres pays: Malte, la Slovaquie, le Portugal, l’Italie, la Slovénie, l’Espagne, L’Autriche et Chypre.

A n’en point douter, c’est dans ”l’aggravation des problèmes politiques, financiers et monétaires dans la zone euro à laquelle la France est étroitement liée” que l’on situe  l’origine de ce camouflet infligé à la France et à son Président par Standard & Poor’s. Loin de rassurer ses partenaires bilatéraux et multilatéraux, ce camouflet marque le début de la fin d’une époque où la ”cinquième puissance du monde” se posait en donneuse de leçons.

Avec cette dégradation de sa note souveraine, les faiblesses de la France, plus ou moins masquées, apparaissent au grand jour. C’est la fin d’un mythe.

 

Comme l’on peut le comprendre, l’avertissement adressé par l’agence de notation new yorkaise, le 5 décembre dernier, n’était pas un coup de bluff. Alors que le AAA allemand est maintenu, ”sous perspective stable”, par Standard & Poor’s, ce vendredi 13 janvier 2012, la France perd un A, avec une ”perspective négative”.

Au-delà des polémiques et des critiques en tout genre, il est utile de savoir ce que représente cette dégradation de la note souveraine française pour le Président français, pour l’économie française et pour les partenaires économiques africains de la France.

- Que représente cette dégradation pour le Président français?

Cette dégradation de la note souveraine française, pour le Président Sarkozy, signifie un ”triple échec” comme le martèle l’opposition politique française depuis vendredi soir. Un échec de la gestion de la crise financière de 2008 et de celle de la dette depuis 2010; un échec de la politique fiscale qui n’a fait qu’augmenter le volume de la dette; et un échec social avec le chômage qui explose littéralement. Avec cette dégradation de la note française, c’est le standing du Président Sarkozy qui, de fait, est dégradé.

Ailleurs, en Grèce, le Premier Ministre Papandréou, face à l’échec de sa politique économique, a vite fait de débarasser le plancher. La grèce n’est pas comparable à la France, va-t-on s’entendre rétorquer. D’accord. Mais, en Italie, la situation n’est pas pire qu’en France – mis à part le volume de la dette italienne par rapport à son PIB. Et c’est un pays qui a encore toute sa place parmi les huit (8) plus grandes économies du monde. Là-bas, le Premier Ministre Berlusconi a été obligé de rendre son tablier face à la pression des agences de notation. En France, à quoi va-t-on assister à cent (100) jours de l’élection présidentielle?

En trois mois, l’actuel Président français et son gouvernement n’auront pas assez de temps pour retrouver la crédibilité nécessaire pour entreprendre le redressement économique de la ”cinquième puissance économique du monde”.

Pourquoi ne pas convoquer des élections anticipées dans ce pays de démocrates pour l’intérêt du pays, par exemple? Barack Obama n’a pas eu à organiser des élections anticipées aux Etats-Unis, après la dégradation de la note américaine, pour retrouver la crédibilité nécessaire, pourrait-on protester. Soit. Mais, cette comparaison est trompeuse, car le pouvoir n’est pas organisé de la même façon en France qu’aux Etats-Unis. De plus, les Etats-Unis ont un avantage unique qui comporte trois facettes: le statut du dollar sur le marché des capitaux, la banque centrale américaine et sa planche à billets.

- Le message adressé à l’économie française par Standard & Poor’s?

Cette dégradation du triple A français marque la sortie de la France du cercle des débiteurs/emprunteurs privilégiés sur le marché international des capitaux. L’économie française sort de ce cercle parce qu’elle n’a pas répondu de manière satisfaisante aux attentes des marchés. Ces marchés ont perdu toute patience face à la gestion, qu’ils estiment inadéquate, de la crise que traverse la zone euro depuis deux ans. Les rencontres au sommet entre les leaders de la zone euro, les multiples sommets pour sauver l’euro et les grandes déclarations de chefs d’Etat et de gouvernement n’ont pas, de toute évidence, été suffisants. La sanction pour la France, et les huit autres pays dégradés de la zone euro, est sans appel.

Cette dégradation de la note souveraine de la France et de huit autres pays de la zone euro a comme conséquence immédiate: un affaiblissement de l’euro sur les marchés de change et la nervosité des places boursières. Cette situation a malheureusement aussi pour conséquence: le prix élevé des emprunts (taux d’intérêt) effectués sur le marché des capitaux. Dans la pratique, les administrations et les collectivités, qui ont besoin d’emprunter pour investir, vont devoir augmenter les impôts. De plus, à l’heure où le chômage reste un souci pour tous ces pays européens, des tensions sociales peuvent surgir avec des repercussions dans le champ politique. Le pouvoir des agences de notation, comme on peut le constater, est immense. La France et les huit autres pays européens dégradés viennent de l’apprendre à leurs dépens.

 

- A quoi doivent s’attendre les partenaires économiques africains de la France/Union Européenne?

Les partenaires économiques africains de la France, quant à eux, courent le risque de subir, de plein fouet, les conséquences de cette nervosité qui s’installe durablement dans la zone euro. On le sait, au coeur de cette zone, la France, aux côtés de l’Allemagne, joue un rôle central. Cette dégradation de la note française et les efforts supplémentaires que la France est appelée à faire, dès lors, signifient, par exemple, que l’Agence Française de Développement et le Fonds Européen de Développement, malgré les discours de circonstance distillés çà et là, vont devoir revoir leurs budgets respectifs. L’aide publique au développement, déjà anémique, va devoir se serrer la ceinture.

Par ailleurs, étant liés à la France par une convention monétaire qui institue et régule le Franc CFA pour l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique Centrale et l’archipel des Comores, les pays africains francophones de la zone monétaire du Franc CFA s’exposent, avec cette nouvelle donne, au risque de voir les filiales des banques françaises installées sur leurs territoires participer, de manière mécanique, à la remontée des liquidités vers leurs sièges respectifs installés en France. La France empruntant exclusivement, selon une loi de 1973, auprès des banques privées, l’épargne déposée dans les filiales africaines iraient participer à l’effort de financement et de redressement économique national dans l’hexagone. Comme l’on peut aisément l’imaginer, cette remontée de liquidités vers la France pourrait avoir pour conséquence: des taux d’intérêt élevés (difficulté d’emprunter auprès des banques) pour les entrepreneurs africains.

Même si les Etats africains disposent désormais d’un partenariat fiable avec la Chine, il est évident que la dégradation de la note française survient à un moment inopportun pour les pays africains francophones qui s’engagent sur le chemin de l’émergence économique dès le début de cette année 2012.

About Philémon M. OWONA

http://www.linkedin.com/in/philemonowona

No comments yet... Be the first to leave a reply!

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 46 other followers

%d bloggers like this: