Anatomie d’une catastrophe en bout de course


”Est-ce une simple panique ou s’agit-il d’une situation de crise réelle face à laquelle il y a lieu d’avoir des soucis légitimes. A l’heure où je vous parle, nul ne peut répondre de manière claire à ces questions.” L’homme qui parle ainsi le jeudi 4 février dernier s’appelle Uri D. Landesman. Il supervise le département Croissance Globale chez ING. Il fait ainsi écho à l’inquiètude qui commence à gagner les milieux financiers partout dans la Zone Euro et au-delà.

Pour mieux comprendre l’origine de ces inquiètudes, en voici le contexte: Alors que l’économie américaine commence à peine à sortir de la plus grande récession depuis la crise de 1929, voilà que depuis l’apparente paisible Europe s’élèvent d’assourdissants gémissements, conséquences des difficultés économiques que n’arrivent pas à résoudre des pays comme le Portugal, l’Espagne et surtout la Grèce dont le déficit et la dette plombent l’économie et la monnaie européennes.

Dans la Finance Internationale, une étincelle produite en Europe peut provoquer un incendie à Wall Street. Le lendemain, cet incendie n’aura aucun mal à se propager rapidement en Asie du Sud-Est. C’est ce schéma qu’a emprunté la déferlante de mauvaises nouvelles du Jeudi 04 Février 2010 dans les bourses européennes puis celles du monde entier; provoquant au passage une baisse allant jusqu’à 6% de la valeur des portefeuilles sur les places financières européennes. A l’origine de ce qui est convenu d’appeler ”la panique raisonnée du 4 février”, il y a le poids de la dette et les deficits accumulés par les pays du pourtour méditerrannéen et l’inextricabilité de la situation économique dans laquelle ces pays se retrouvent à l’heure où le montant de la dette à payer dépasse largement le montant des revenus. Il faut par conséquent savoir que dans l’immédiat, le résultat de ces difficultés conduit à la perte de la valeur de l’€uro face au $ américain, soit à 1€/1.37$US au jeudi 4 février 2010.

Que représente une situation comme celle-ci pour l’Afrique, et notamment pour l’Afrique Francophone (le groupe des 15 pays de la Zone Franc CFA et les Îles Comores)? En quelques mots: Le volume de la dette. Puisque la dette des pays africains est libellée en $US et comme le dollar américain reprend des couleurs face à l’€uro, monnaie à laquelle le Franc CFA est arrimé depuis 1999-2000 et par rapport à laquelle le taux de change est fixé à 1€/655.957 Franc CFA; de manière automatique, le montant de la dette contractée par les pays de la zone F. CFA renchérit, les intérêts compris. Ceux des pays membres de la zone F. CFA qui possèdent du pétrole ont également des raisons de s’inquièter. Avec le raffermissement du dollar américain, le baril de pétrole coûte moins cher. La conséquence immédiate: Il y a moins de revenus pour ces pays tandis que le volume de leur dette augmente. Même si en économie aucune condition n’est permanente – réalités macro et micro-économiques en mouvement constant, la question est de savoir pendant combien de temps le dollar tiendra la dragée haute face à l’€uro…

En fin de compte, la principale leçon à retenir de cet événement économique du Jeudi 4 février 2010 est simple: L’interdépendance des économies nationales. En Europe, il est certain que la configuration de l’espace économique et la monnaie commune vont être redéfinies à huis clos, loin des caméras et des micros de journalistes. Car, à l’heure actuelle, la Grèce ne demande pas moins qu’une assistance financière en espèces sonnantes et trébuchantes.

Elle attend de ses consoeurs européennes, à commencer par l’Allemagne et la France, un coup de main qui se traduira par le renflouement des caisses publiques Grècques dont le déficit et la dette n’ont rien à envier à ceux des pays Africains membres de la zone Franc CFA.

En Afrique Francophone, la leçon à retenir est tout aussi simple: La dépendance coûte chère. La naïveté aussi. Le fait de sous-traiter la gestion de sa monnaie, outil central dans toute économie qui se projette vers l’avenir et élément central de souveraineté d’une nation ou d’un groupe de nations, n’est certainment pas faire preuve de ”grandes ambitions”. Et que dire de la dette suspendue au-dessus de la tête des enfants Africains comme l’épée de Damoclès…

Qu’il s’agisse donc des pays membres de la zone €uro ou des membres de la zone Franc CFA, la catastrophe en bout de course aura les mêmes contours pour tous. En Europe, elle met en scène la Cigale et la fourmi. En Afrique Francophone, elle met en scène le Corbeau et le Renard. En fin de compte, les uns paieront pour les erreurs de gestion des autres. La Grèce, le Portugal et l’Espagne recevront des fonds soit directement de l’Allemagne, soit du Fonds Monétaire International, grâce à l’appui de l’Allemagne. La France continuera de récolter les dividendes inhérentes au fait que le Trésor de France gère 65% des fonds des pays de la CEMAC/BEAC et 50% des fonds de la BCEAO/UEMOA. Le tout représentant jusqu’à 5% du Cash qui circule journalièrement dans la zone €uro. L’Allemagne tient à la stabilité de la zone €uro. Le leadership de l’Afrique Francophone, excellant dans son immaturité chronique, tient à une sécurité monétaire prétendument garantie par le Trésor de France… Sans aucun doute, ce parallèle démontre à quel point tout bon menteur vit aux dépens de celui qui l’écoute.

L’Allemagne va être obligée de passer à la caisse pour sauver l’€uro. Les membres de la zone Franc CFA savent ce qui les attend quand leurs ministres des finances respectifs et les gouverneurs de leurs banques centrales (BCEAO/BEAC) se retrouveront autour de Madame la Ministre des Finances de la République Française en fin d’année 2010.

Votre avis sur le problème de la dette et du déficit chroniques des économies africaines nous intéresse.



Categories: Economy, Subjects in French

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: