Bonjour l’Egypte


La révolution égyptienne a fait triompher le peuple

Peuple égyptien, vous avez  triomphé. Peuple égyptien, vous avez changé l’Egypte. Peuple égyptien, vous venez aussi de changer le monde. Ce que vous avez accompli n’est que le commencement d’un long chemin qui vous mènera vers les cimes de la liberté retrouvée.

Mais, maintenant que vous avez gagné l’admiration des peuples du monde entier, votre responsabilité devient plus grande. Maintenant que vous avez captivé l’attention d’autres peuples opprimés qui en sont encore à se demander comment procéder, comment manifester sa souveraineté à la face d’un despote, comment emboîter le pas à ce fier peuple d’Egypte sur ce parcours enivrant qui mène vers la liberté et la souveraineté, votre tâche demeure néanmoins immense. Cela pour une raison toute simple: Ceux à qui il incombe désormais, dans votre grand pays, ”d’assurer la transition” et leurs alliés de Washington, D.C, de Londres, de Bruxelles, de Paris et de Tel-Aviv souhaitent qu’après que vous ayez déclaré victoire, que chacun d’entre vous – les héros d’Egypte – regagne rapidement son domicile, vaque à ses occupations et que l’on leur laisse le soin de définir le cadre dans lequel votre démocratie durement gagnée devra évoluer.

Ne les laisser pas faire, je vous en conjure. Ne les laisser pas faire! Ne leur offrez guère cette opportunité. Ceux-là qui aujourd’hui viennent rôder autour de votre succès, comme les loups rôdent pendant la nuit autour des troupeaux, sont les mêmes qui pendant des décennies ont soutenu la ”stabilité” contre la ”démocratie”. Et ni le leadership militaire, aujourd’hui en charge de la ”transition‘, ni les ”amis” Américains, et encore moins les Européens n’ont jamais semblé favoriser la ”démocratie” aux dépens de la ”stabilité”. Le libre accès au canal de Suez, les accords de paix signés avec Israël, la mise à l’écart des frères musulmans, pour ne citer que ces quelques exemples, ont pendant longtemps pesé plus lourd en faveur de la ”stabilité”. La ”démocratie” et toutes les aspirations assimilées n’étaient clairement pas prioritaires. L’occasion faisant le larron, ne doutez pas un seul instant que les ”amis” Américains travailleront à modeler, à travers la pléthore de militaires égyptiens ayant été formés à West Point, la nouvelle Egypte qui servira mieux leurs intérêts et ceux de leurs alliés.

Egyptiens en fête

Egyptiens en fête

Gardez présent à l’esprit que les ”amis” Américains n’ont jamais fait mention de la ”démocratie’‘ en Egypte. Ils n’en ont jamais fait la promotion. Ils n’ont jamais dit que la transition était nécessaire et urgente. Jamais, ils ne se sont vraiment souciés du sort du peuple égyptien, jusqu’au 28 janvier 2011; jusqu’à ce que vous risquiez votre peau, malgré le couvre-feu décrété par celui qui, pendant 30 ans, a torturé et spolié votre peuple. C’est vous, ce peuple égyptien, qui avez changé les termes de la conversation. Et n’eurent été votre courage, votre persévérance et l’amour indéfectible pour votre pays, la situation aurait continué à être la même en Egypte, à cet instant.

Aujourd’hui, le monde entier a les yeux rivés sur l’Egypte. Les citoyens des pays arabes et d’ailleurs vous regardent. L’Egypte est libre grâce aux sacrifices et à la force de son peuple. Ne laissez pas ce moment unique dans l’histoire de votre grand pays vous échapper en laissant les militaires et leurs partenaires de l’occident définir et gérer la ”transition” vers la pleine démocratie.

Vous, peuple égyptien, représentez l’espoir de l’éclosion d’une nouvelle démocratie dans le proche-orient. Demeurez sur ce chemin. Le gouvernement américain, qui aime présenter l’Amérique comme la nation phare de la démocratie dans le monde, a pourtant sacrifié la démocratie dans votre région et ailleurs en Afrique depuis des décennies, pour la sauvegarde de ses seuls intérêts. Dans ce domaine, les Européens ne sont pas exempts de tout reproche. En effet, dans les capitales occidentales, la politique étrangère a depuis longtemps été synonyme de ”realpolitik”. Mais, pour être tout à fait honnête, en Amérique, cette realpolitik ne défend pas les intérêts du peuple américain. Les intérêts véritablement défendus sont ceux des multinationales (compagnies pétrolières, banques d’investissement, fabricants d’armes à feu, etc.) et de divers groupes de pression.

De ce point de vue, l’intérêt des gouvernements occidentaux dans la ”stabilité” devient très différent de l’intérêt des peuples occidentaux dans la ”démocratie”. Dès lors, ce vibrant appel vous est adressé afin que vous vous méfiez de ces nouveaux amis. Que nul ne vienne devant vous se prévaloir de quelque sagesse que ce soit, en matière de ”transition” démocratique, et en profite pour vous rouler ainsi dans la farine du cynisme. Méfiez-vous de ces nouveaux ”amis”. Ne leur accordez aucun répit. Restez sur vos gardes. Ne vous faites pas avoir par les mêmes qui, hier, vous ignoraient, se moquaient de vos aspirations, vous combattaient, vous torturaient, vous spoliaient et qui, soudain, aujourd’hui découvrent la grandeur de votre caractère, la noblesse de votre combat et la beauté de votre victoire. N’exigez rien de moins que la démocratie. La pleine démocratie. Car, pour ceux qui ont toujours été ignorés, combattus, torturés et spoliés, seule la démocratie peut véritablement protéger contre les ”intérêts” particuliers, y compris les intérêts étrangers.

18 jours d’une révolution contre une dictature, couronnés par la chute du despote. Un conseil militaire qui assure la main courante en attendant que se tienne l’élection présidentielle. Une jeunesse qui prend ainsi définitivement son destin en main. Des raisons suffisamment éloquentes pour que le peuple égyptien reste sur ses gardes et ne se fasse pas subtiliser sa victoire. D’autant plus que, comme le notent des économistes, des professeurs et des journalistes égyptiens: A moins que la structure du pouvoir qui a supporté jusqu’ici le régime en place en Egypte change totalement – une hypothèse peu probable sur le court terme – si le peuple égyptien ne veille pas jalousement sur sa victoire, il se réveillera un de ces jours et constatera que, seul, l’arbre qui cachait la forêt a été éliminé.

Après la victoire du 11 février 2011 sur le dictateur Hosni Mubarak, je sais pouvoir compter sur le peuple égyptien qui a déjà suffisamment démontré la force de son caractère.

Peuple d’Egypte: Choukran! Merci!



Categories: Buzz, OPINION

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: