Dominique Strauss-Kahn contre Nafissatou Diallo (et l’Etat de New York): Qui croire?


C’est quand on croit que rien ne va qu’un rayon de soleil vient nous réchauffer le coeur. Son rayon de soleil, Dominique Strauss-Kahn l’a reçu vendredi 1er Juillet, sous la forme d’une série de révélations qui – selon les médias – décrédibilisent la jeune Guinéenne, victime présumée d’un viol perpétré par le français de 62 ans. Et depuis l’apparition de ces révélations publiées par le New York Times, Monsieur Strauss-Kahn – ex-directeur du Fonds Monétaire International – a toutes les raisons de prendre confiance en lui pour la suite de cette affaire qui l’oppose à l’Etat de New York; car c’est la première fois que le vent judiciaire – et médiatique –  tourne en sa faveur.

Les moments essentiels de l'affaire qui oppose l'Etat de New York à Dominique Strauss-Kahn

L’intensité de la couverture médiatique de cette affaire et le caractère des révélations récemment faites sur la vie privée de la victime présumée viennent, de nouveau, jeter un trouble dans les esprits. Dès lors, qui croire? Car, avant le 1er juillet, dans cette affaire, on avait, d’une part, un vieil homme blanc, juif, financièrement et politiquement puissant, qui a une histoire de relations plus ou moins compliquées avec des femmes; et d’autre part, une jeune femme noire, musulmane, immigrée, pauvre, qui, dans sa déclaration de demande d’asile aux Etats-Unis, prétendait avoir été violée dans son pays d’origine. Mais, aujourd’hui,  à la lumière des nouvelles informations contenues dans la lettre du procureur de l’Etat de New York adressée aux avocats de la défense (traduite en français), le traitement médiatique qui s’en est suivi et surtout, la libération sur parole de Strauss-Kahn – et le remboursement total d’une caution estimée à environ 6 millions de dollars – cette affaire va désormais opposer, d’une part, un talentueux économiste qui aurait pu être le prochain président de la République française, et d’autre part, une menteuse dont le petit ami est incarcéré pour trafic de drogue. Et d’après l’attitude des médias occidentaux – depuis les révélations rendues publiques par le procureur lui-même – et le retournement de veste qui commence à s’opérer dans l’opinion publique, il est difficile, voire impossible, pour une menteuse, de sortir gagnante dans un face à face qui l’oppose à un prédateur. Même si, dans ce cas, la menteuse raconte la vérité.

Faire avancer la vérité, c’est pourtant ce que Me Kenneth Thompson, l’avocat de la plaignante, croyait accomplir en communicant au bureau du procureur de New York les confidences faites par sa cliente.

De toute évidence, la tournure actuelle que prennent les évènements n’est pas exactement ce que cet avocat, réputé talentueux, avait prévu. Dans cette affaire qui semble tout droit sortie de l’imagination des meilleurs scénaristes de Hollywood, Me Thompson semble – d’après ses déclarations – pourtant tenir le bon bout. Mais, cet aspect des choses n’intéresse que très peu les médias qui, une fois de plus, semblent tous évoluer dans le même sens. C’est à croire que tous ces journalistes sont des moutons de panurge. A ce propos, un sondage publié par Ipsos, pour le compte de la télévision publique française, est révélateur de ce que le public a fini par comprendre, à savoir: L’intérêt des médias ne se trouve pas seulement dans la recherche de la vérité. Mais, dans le même temps, c’est pourtant ce public qui est resté scotché sur les écrans de télé et sur Internet pour suivre ce scandale jugé absurde, étape par étape. Près de deux mois durant.

D’ailleurs, c’est précisément sous cet angle absurde que cette affaire semble à la fois bizarre et intéressante. Car au-delà des postures des avocats des deux parties impliquées, afin de se faire une opinion plus ou moins indépendante, il n’est pas inutile de focaliser son attention sur les trois personnages essentiels de ce drame politique, juridique et médiatique que sont la femme de chambre, victime présumée; le séducteur compulsif – prédateur pour les plus radicaux – et sa femme dont le regard épelle l’amour indéfectible pour son mari. Ces trois personnages, d’un point de vue théorique, sont les seuls à connaître la vérité qui pourrait être formulée de la manière suivante: Un prédateur sexuellement insatisfait et une menteuse invétérée, par le plus grand des hasards, se retrouvent nez-à-nez dans la suite luxueuse d’un hôtel de Manhattan. Les démons que l’on a réussi à maintenir sous contrôle jusque-là, soudain, refont surface. Eplorée et humiliée, la femme amoureuse court à la rescousse de son époux comme promis dans les voeux prononcés le jour du mariage – pour le meilleur et pour le pire. Pour qui veut bien tenir son homme, dure est la besogne. La suite est connue dans les médias du monde entier.

Finalement, et c’est peut-être aussi l’aspect le plus intéressant de cette affaire, ce n’est pas la vérité tant recherchée dans cette affaire qui intéresse vraiment les médias. On l’a déjà dit. Ce qui intéresse les médias et – par ricochet – le public, c’est cet appétit vorace que l’on a pour les histoires qui opposent les hommes contre les femmes, les Blancs contre les Noirs, les Juifs contre les Musulmans, les riches contre les pauvres, les puissants contre les faibles. Dans cette affaire qui oppose l’Etat de New York (et Nafissatou Diallo) à Dominique Strauss-Kahn, l’on retrouve le concentré de tous les éléments sus-mentionnés. Cependant, pour espérer gagner dans ce face-à-face, le faible doit être parfait. Dans le cas d’espèce, Nafissatou Diallo – avec les révélations récentes faites sur sa vie privée – est entrain de perdre le seul atout qui la rendait sympathique aux yeux du monde, et – on le saura bientôt – aux yeux du jury citoyen désigné par la cour suprême de l’Etat de New York. Désormais, l’avantage a changé de camp.

Une fois de plus, Voltaire avait raison: “Le puissant foule aux pieds le faible qui menace“, le Triumvirat, II, II, (1764)



Categories: Buzz

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: