Corne de l’Afrique: La Somalie, le Kenya, l’Ethiopie et Djibouti menacés par la famine.


Ce qui se passe actuellement dans la région de la corne de l’Afrique n’est rien d’autre qu’une castastrophe humanitaire. Une calamité qui s’étend sur la Somalie, le Kenya, Djibouti et l’Ethiopie. Cette situation désastreuse dans la corne de l’Afrique est la conséquence de trois facteurs: La sécheresse la plus rude depuis 60 ans (selon l’ONU), une guerre civile interminable et la hausse des prix des denrées alimentaires. La famine qui en résulte n’est que plus sévère sur une population complètement démunie.

Une sécheresse impitoyable.

La Corne de l’Afrique est une zone aride et sèche naturellement. La nuit, la température ne va pas en dessous des 23 degrés; tout comme elle peut aller au delà des 40 degrés, une fois le soleil au zénith. Pour Pascal Scaviner, un météorologue français, cette sécheresse est en partie causée par El Niño, un courant chaud venu de l’océan Indien. Ce courant d’air réchauffe l’océan Indien qui baigne les côtes de la corne de l’Afrique, et ”plus l’océan est chaud, moins il y a d’évaporation. Moins d’évaporation signifie moins de pluie.” Dans la même veine, pour Hervé le Treut, climatologue au CNRS, en France, la sécheresse dans la corne de l’Afrique réside dans le fait que ”depuis 20 ans, la température des océans augmente, et les océans ont une forte influence sur les climats tropicaux […] De manière générale, si nous produisons des gaz à effet de serre, les risques de sécheresse augmentent dans les zones semi-arides comme la corne de l’Afrique”.

Une guerre civile interminable.

la Somalie est un pays qui navigue entre anarchie et guerre civile depuis 1991.  Depuis 20 ans, les populations sont ainsi livrées à elles-mêmes, aux caprices des combats et du climat. Depuis la chute de Mohammed Siad Barre, en 1991, la Somalie est secouée par des luttes claniques. L’anarchie s’y est implantée. Cette situation a ainsi favorisé l’arrivée d’extremistes islamistes et plongé le pays dans un état de chaos total. Il est, cependant, important de noter que c’est depuis l’échec de l’opération militaire ”Restore Hope” menée par l’Amérique de Bill Clinton, en 1993, que la Somalie a été rayée de la carte des préoccupations internationales. Cinq ans plus tard, lors des attentats contre leurs ambassades au Kenya et en Tanzanie, les Etats-Unis découvrent que la Somalie est devenue une base arrière pour terroristes pouvant menacer leurs intérêts. En 2006, une intervention de l’armée éthiopienne à Mogadishio, soutenue par les Etats-Unis, tourne au désastre. Cet énième échec de la ”communauté internationale” favorise l’implantation des islamistes d’Al-shebab. Ces miliciens, liés à Al-Qaida, contrôlent aujourd’hui tout le sud et le centre du pays, notamment les corridors d’entrées à Mogadishio et en interdisent l’accès aux ONG. L’ONU a quitté ces zones, jugées peu sûres, en 2010. Désormais, ce sont les forces militaires de l’Union Africaine (UA) qui s’y collent.

La hausse des prix des denrées alimentaires.

La hausse du prix du baril du pétrole influence les prix de produits alimentaires comme le blé.

Le prix du pétrole influence celui du blé, par exemple.

D’après le Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA), plus de 12 millions de personnes sont dans une situation de grave insécurité alimentaire dans la Corne de l’Afrique. Face à la hausse des prix des denrées alimentaires observée au Kenya où le prix des céréales varie entre 30% et 80%, et en Ethiopie (45%) au mois de juin 2011; le premier avion du pont aérien mis en place par le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés est arrivé dimanche dernier à Nairobi dans la capitale du Kenya afin d’acheminer plus de 100 tonnes de matériels humanitaires destinés au camp de réfugiés de Dadaab au Kenya et d’autres sites en Ethiopie, totalisant plus de 430.000 réfugiés. Et face aux 3.000 personnes qui continuent de quitter quotidiennement la Somalie fuyant l’insécurité, la sécheresse et la faim, les Nations unies ont demandé 1,4 milliard de dollars supplémentaires pour venir en aide au nombre total de 12,4 millions de personnes menacées dans la corne de l’Afrique. Cet appel porte à 2,4 milliards de dollars la somme réclamée, alors que les agences de l’ONU et leurs partenaires ont reçu jusqu’ici un milliard de dollars des donateurs.

Sans ces contributions supplémentaires, l’impact de la famine pourrait s’étendre sur tout le sud de la Somalie et au delà des frontières des pays voisins d’ici un ou deux mois”, martèle le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU.

Vous voulez aider les populations menacées par la famine dans la corne de l’Afrique? Faites un don au Comité International de la Croix Rouge (CICR) en cliquant sur ce formulaire. Vous pouvez également donner au Programme Alimentaire Mondial (PAM) en cliquant sur sa page internet ici



Categories: Focus

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: