Laurent Gbagbo Devant la Cour Pénale Internationale de La Haye. Pourquoi Faire? Les réponses de Antoine Glaser.


Pierre Cherruau est un spécialiste de l’Afrique et directeur de la rédaction à Slate Afrique.  Le temps d’une interview qui se veut riche en enseignements, il va à l’encontre d’un expert des questions africaines. Ici, il est question d’analyser la décision du régime Alassane Ouattara d’envoyer Laurent Gbagbo se faire juger devant la Cour Pénale Internationale de la Haye.

Selon Antoine Glaser, la décision de juger Laurent Gbagbo devant la cour de la Haye relève plus d’un choix politique que judiciaire.

L’expert des questions africaines, c’est Antoine Glaser.

Fondateur et rédacteur en chef pendant 26 ans de La Lettre du continent, il connaît les méandres des réseaux africains, les enjeux politiques et économiques qui mettent en exergue les acteurs dans les principaux palais de l’Afrique de l’Ouest et du Golfe de Guinée.

Pendant un quart de siècle, cet homme a enquêté, avec l’aide de collaborateurs, de contacts multiples et variés, dans le monde des affaires, dans le monde de la diplomatie d’influence et dans les couloirs des palais africains. C’est cet homme que rencontre aujourd’hui Pierre Cherruau au sujet de la comparution de Laurent Gbagbo devant la CPI au motif qu’il est accusé de  quatre chefs de crime contre l’humanité

Pierre Cherruau : Comment expliquer le transfèrement de Laurent Gbagbo à la Haye?

Antoine Glaser : A quelques jours des élections législatives dans ce pays (11 décembre), c’est un choix plus politique que judiciaire. Le président Alassane Dramane Ouattara “ADO” doit estimer que la réconciliation nationale est loin d’être engagée. Son pouvoir sur l’ensemble du pays reste fragile. ADO devait craindre une forte mobilisation des partisans de Laurent Gbagbo le jour d’un éventuel procès en Côte d’Ivoire.  Il ne faut pas oublier que si Gbagbo n’a pas été élu, il a tout de même obtenu 45,9% des voix sur l’ensemble du pays et plus de 55% dans la capitale économique. C’est, quelque part, un aveu de faiblesse politique du nouveau pouvoir de l’envoyer à la CPI. Le Conseil national de transition (CNT) libyen semble avoir fait le choix inverse en préférant juger, à Tripoli, Seif El Islam (l’un des fils du colonel Kadhafi) également poursuivi devant la CPI. Ce sont donc bien des stratégies politiques locales qui déterminent ces choix.

Pierre Cherruau :  Est-ce une décision qui surprend les Ivoiriens et la communauté internationale?

Antoine Glaser : Si la décision de faire appel à la Cour pénale internationale (CPI) n’est pas vraiment une surprise —elle avait été annoncée par le président Ouattara— l’opération elle-même a été gérée dans le secret, en dehors de la Côte d’Ivoire, par un très petit nombre de gens. Ce sont deux avocats français, Jean-Paul Benoît —un ami de longue date d’Alassane Ouattara— et Jean-Pierre Mignard —déjà avocat conseil d’autres Etats africains (Tchad, Bénin, Cameroun)— qui ont préparé les conditions juridiques d’«exfiltration» de Laurent Gbagbo avec le cabinet du procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo.

Pierre Cherruau : Des proches de Gbagbo risquent-ils de connaître le même sort?

Antoine Glaser : D’après La Lettre du Continent, la CPI enquêterait, parmi les proches de Laurent Gbagbo, plus particulièrement sur Simone Gbagbo (ex-première dame), Charles Blé Goudé (leader, en exil, des Jeunes patriotes), le général Bruno Blé Goudé, ancien patron de la Garde républicaine ainsi que Faussignaux Vagba (ex-commandant des forces de la marine). Il serait reproché à ces deux derniers d’avoir continué à résister, même après l’arrestation de Laurent Gbagbo.

Pierre Cherruau : La CPI va-t-elle aussi juger des partisans de Ouattara?

Antoine Glaser : C’est la question la plus sensible pour Alassane Dramane Ouattara. Dans un premier temps, le nouveau pouvoir a limité l’enquête de la CPI à la période postélectorale s’échelonnant entre décembre 2010 et avril 2011. Les partisans de Laurent Gbagbo ont demandé que l’enquête remonte à 2002 pour prendre en compte les exactions commises dans les fiefs de l’ex-rébellion du nord du pays. Mais même dans la période actuellement considérée, il y a bien eu —selon les organisations des droits de l’homme— des crimes de guerre commis par des commandants de zone alors sous la responsabilité de l’actuel Premier ministre, Guillaume Soro. La CPI affirme qu’elle ne s’interdira rien…

Pierre Cherruau : Peut-elle se permettre de ne juger que des proches de Gbagbo?

Antoine Glaser : Pas vraiment. D’autant qu’Alassane Ouattara a justifié le transfèrement de Laurent Gbagbo à La Haye pour qu’on ne ”l’accuse pas de mettre en œuvre une justice des vainqueurs. Il n’y a pas mieux que la justice internationale impartiale” a-t-il précisé dans sa première déclaration publique après le vol ”spécial” Korhogo-La Haye… S’il n’y a que des proches de Gbagbo devant la CPI, cela apparaîtra comme une ”justice des vainqueurs internationaux!”.

Pierre Cherruau : Des Africains accusent la CPI de partialité? Ont-ils raison?

Antoine Glaser : La CPI ne fait que refléter les rapports de force internationaux. Si l’Afrique est redevenue un enjeu économique et stratégique, en particulier pour ses matières premières, elle pèse peu au niveau diplomatique. Les deux grandes puissances du continent (l’Afrique du Sud et le Nigéria) vont de plus en plus s’entredéchirer pour ”gagner” le futur fauteuil africain au Conseil de sécurité des Nations unies. Contrairement à l’Afrique du Sud, qui était hostile à l’intervention de la France en Côte d’Ivoire et en Libye (même sous mandat des Nations unies), le Nigéria y était vivement favorable… Ceci dit, le silence de l’ensemble des dirigeants africains sur le transfèrement de Gbagbo à la CPI est assourdissant. Il contraste avec la vive ”autosatisfaction” des Occidentaux.

Pierre Cherruau : Pourquoi la CPI ne juge-t-elle que des Africains?

Antoine Glaser : Tant que l’impunité sera la règle dans la majorité des pays africains, les belles âmes extérieures au continent auront beau jeu de venir y défendre l’universalité des droits de l’homme.

Pierre Cherruau : La nomination d’une Gambienne comme procureur de la CPI peut-elle changer le comportement de la CPI? Ou son image?

Antoine Glaser : La désignation, désormais acquise, de la Gambienne Fatou Bensouda, comme procureur de la CPI pour succéder à Luis Moreno Ocampo est, à l’évidence, un symbole fort. Mais reste un symbole… Le vrai changement viendra d’un investissement massif des Etats africains dans le fonctionnement de leur justice. Il faudrait déjà réparer les photocopieuses en panne dans les tribunaux!

Pierre Cherruau : Le procès de Laurent Gbagbo peut-il entraîner une hausse des sentiments anti-occidentaux en Côte d’Ivoire et ailleurs en Afrique?

Antoine Glaser : Au-delà des nombreuses familles des victimes du régime Gbagbo, il est certain qu’il y a un sentiment diffus dans la société civile africaine que les ”Blancs” n’en font encore qu’à leur guise sur le continent. De ce fait, la plupart des autocrates africains exacerbent ce ”nationalisme” africain pour se maintenir au pouvoir. ”On est chez nous” est leur leitmotiv.

Pierre Cherruau : Assiste-t-on à la montée d’un nationalisme africain?

Antoine Glaser : Oui. A ce ”nationalisme” africain sur le continent répond un ”nationalisme noir” dans l’immigration en Europe. Il est embryonnaire mais se politise actuellement.



Categories: OPINION

1 reply

  1. que la justis face son travail en toute trensparance.

    Like

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: