Economie: Le Japon Règle Son Pas Sur Le Pas de La Chine.


‘’La crise ouverte en 2007 a une intensité désormais comparable à la grande crise des années 1930. Sur bien des plans, une homologie est possible. Dans la crise des années 1930, la puissance montante, les Etats-Unis, forts de leurs excédents commerciaux, bousculaient les pays européens et l’empire britannique. Aujourd’hui la puissance ascendante c’est la Chine, à la tête d’un excédent commercial annuel de 6% de son PIB, infligeant au passage des déficits répétés aux pays occidentaux. Principale différence avec les années 1920 : Les Etats-Unis avaient alors commis l’erreur de sombrer dans l’euphorie (bulle booursière précédant le krach d’octobre 1929) tandis que, dans les années 2000, la Chine a su rester sobre et éviter la bulle boursière. Il convient de rappeler que les Etats-Unis, à l’origine de la crise de 1920, en sont sortis les premiers – dès 1933, la situation commence à s’y améliorer. Franklin D. Roosevelt, il est vrai, se permet, à la mauvaise surprise des Européens, de procéder à une dévaluation du billet vert (alors même que les Etats-Unis demeurent en excédent). Et au final, les Etats-Unis sortiront grands gagnants en 1945. Le parallèle est pour moi frappant : en novembre 2008, la Chine, avant d’accepter de se rendre au G20 à l’insistance des pays occidentaux, impose une condition sine qua non : le statu quo sur le Yuan. Comme les Etats-Unis entre 1933 et 1948, la Chine depuis 2008 continue à infliger à ses partenaires des déficits commerciaux déstabilisateurs. L’Europe ne s’est redressée qu’en 1948, après une formidable réévaluation du dollar par les Etats-Unis. Les pays occidentaux ne se redresseront pas s’ils n’imposent pas à la Chine soit une réévaluation de sa monnaie (leYuan), soit des droits de douane sur le ‘’made in china’‘‘’.

Celui qui s’exprime ainsi s’appelle Antoine Brunet. L’auteur de ”la visée hégémonique de la Chine” estime que Pékin n’a plus besoin de partir à la conquête du monde puisque la Chine tient désormais bon nombre de pays (parmi les plus puissants) par l’argent, sous la forme de dettes. Comme les Etats-Unis après la deuxième guerre mondiale, la Chine est entrain de s’imposer au monde, grâce à sa puissance économique. L’accord signé entre le Japon et la Chine lundi dernier rentre dans cette logique. cet accord permettra désormais aux deux partenaires de n’utiliser que leurs seules monnaies, au lieu du dollar américain, dans le cadre de leurs échanges commerciaux.

Les grands militaires sont ceux qui ont la victoire sans faire la guerre”. Ce précepte de Sun Tzu rentre en droite ligne avec l’objectif de la Chine qui est d’affaiblir, voire de paralyser l’économie américaine, obligeant ainsi Washington à réduire ses dépenses militaires. Pour y parvenir, la Chine doit anéantir le dollar et lui ôter le statut de monnaie de réserve; ce seul statut reconnu au dollar qui permet encore aux Etats-Unis de continuer à financer, à moindre coût, l’armada militaire et la puissance de feu de l’Etat Yankee.

D’ores et déjà, la Chine possède 34% des réserves mondiales de change (environ 5’000 milliards de dollars) alors que son PIB ne représente que 22% de celui de toute la planète. Sortie grande gagnante de la crise de 2007-2008, maintenant la Chine veut imposer l’utilisation de sa monnaie dans ses échanges avec le reste du monde. Et rien de plus efficace pour tester la viabilité d’une ambition hégémonique que de commencer avec le Japon voisin. L’avis de Antoine Brunet pour plus de détails sur cet accord entre la Chine et le Japon.

Question:  Quel est le contenu de l’accord signé entre la Chine et le Japon ?

Antoine Brunet: Les échanges commerciaux entre les deux pays ont connu un grand essor au cours des dernières années, le Japon exportant beaucoup de biens d’équipement, la Chine beaucoup de biens de consommation. Jusqu’alors, ces échanges étaient essentiellement réglés en dollars. L’accord signé par les deux pays vise à encourager leurs entreprises respectives à utiliser le yen ou le yuan comme monnaies de facturation et de règlement.

QuestionPourquoi cet accord est-il fondamental, selon vous ?

Antoine Brunet: C’est fondamental, parce que significatif de la stratégie d’hégémonie mondiale de la Chine. Selon les historiens chinois officiels, Gorbatchev a perdu la course aux armements contre les Etats-Unis parce qu’il ne s’était pas attaqué au statut de monnaie de réserve mondiale du dollar. Celui-ci permettait à Washington de financer facilement son effort de guerre en émettant des dollars qui trouvaient preneurs dans le monde entier. La Chine, tirant les leçons de l’échec de l’URSS, a entrepris de détrôner le dollar pour le remplacer par le yuan.

QuestionLa Chine va-t-elle revoir sa position sur la non-convertibilité du yuan ?

Antoine Brunet: Non, car les entreprises japonaises détentrices de yuan ne pourront toujours pas les vendre sur un marché des changes qui n’existe pas. Elles devront les convertir auprès de la Banque centrale du Japon. Celle-ci aura donc du yuan dans ses réserves : là-dessus, la Chine marque donc un nouveau point dans sa stratégie visant à faire du yuan la monnaie de réserve mondiale, sans pour autant renoncer à la non-convertibilité.

QuestionDes accords du même genre ont-ils été conclus avec d’autres pays ?

Antoine Brunet: Un accord similaire a été conclu il y a deux ou trois mois avec la Russie. Il y a également eu des accords avec des Banques centrales asiatiques et sud-américaines, permettant de leur prêter des yuans en cas de manque de financement.

QuestionCes accords peuvent-ils faire monter le cours du yuan, que les occidentaux dénoncent comme largement sous-évalué ?

Antoine Brunet: Non, Pékin conserve le contrôle de la valeur du cours de sa monnaie. Quant au cours du dollar, il ne devrait pas baisser significativement malgré son détrônement. La question centrale aux yeux de la Chine, ce n’est pas le cours du dollar, c’est son statut. Il ne peut y avoir qu’une seule monnaie de réserve mondiale. Les exportations de cuivre, de pétrole, de blé, tout est fixé en dollar, qui est donc la monnaie de facturation et de règlement. Que le yuan devienne la nouvelle monnaie internationale, et les Etats-Unis devront alors emprunter des yuans à la Chine pour régler leur facture pétrolière… Alors qu’aujourd’hui encore, il suffit à la Banque centrale américaine d’imprimer des dollars pour cela.

QuestionNe croyez-vous pas à un système à trois monnaies dominantes, euro, dollar et yuan ?

Antoine Brunet: Je ne crois pas au ”monde multipolaire”. Je pense que le Japon a concédé cet accord à la Chine parce qu’il ne se sent plus assuré de la protection américaine en cas d’agression militaire chinoise. Je suis déçu de cette décision, et inquiet.

Source: liberation.fr



Categories: Economy, OPINION

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: