La Guinée Equatoriale s’indigne après la perquisition conduite au domicile parisien de Teodorin Obiang.


La Guinée équatoriale a exprimé jeudi sa «totale indignation» devant ce qu’elle estime être une «illégitime persécution» après la perquisition et les saisies depuis trois jours à Paris au domicile de Teodorin Obiang, fils du président de Guinée équatoriale Teodoro Obiang Nguema.

«Le gouvernement de Guinée équatoriale manifeste sa totale indignation et proteste contre l’illégitime persécution des autorités françaises sur une résidence appartenant à l’Etat de Guinée équatoriale à Paris, en violation flagrante des conventions internationales», selon un communiqué de la présidence de Guinée équatoriale parvenue à l’AFP à Libreville jeudi soir.

«La résidence attaquée par les autorités de la police française appartient à l’Etat de la République de Guinée équatoriale (…). Le gouvernement de Guinée équatoriale espère que les autorités supérieures et décisionnaires de la République française prennent les décisions qui s’imposent conformément au droit international et se réserve le droit de la réciprocité si la violation des intérêts de l’Etat de Guinée équatoriale se consommaient», poursuit le texte.

«Le gouvernement de la République de Guinée équatoriale manifeste en revanche sa foi dans l’esprit des excellentes relations d’amitié et de coopération historiques qui ont existé entre la Guinée et la France comme dans les intérêts politiques, économiques et socio-culturels qui soutiennent ces relations, et entretient l’espoir que par respect envers le droit international (…) le gouvernement français donnera une réponse satisfaisante a cette situation intolérable».

Dans le cadre de l’affaire dite des «biens mal acquis» par des chefs d’Etat africains, deux juges d’instruction et des policiers ont entamé mardi une perquisition dans l’hôtel particulier situé dans le très chic XVIème arrondissement de Paris. Selon le journal Le Parisien, cet hôtel particulier, riche de 101 pièces, est évalué à plus de 500 millions d’euros et l’ensemble du mobilier pourrait dépasser les 40 millions d’euros.

Deux juges enquêtent depuis décembre 2010 sur les conditions dans lesquelles trois chefs d’Etat africains, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema et le défunt président gabonais Omar Bongo Ondimba, ont acquis un important patrimoine immobilier et mobilier en France.

L’enquête a récemment été élargie à de possibles acquisitions réalisées par les chefs d’Etat et leurs proches après le dépôt de la plainte en 2008 par l’ONG Transparency International France.

En septembre 2011, la justice avait déjà saisi onze voitures de luxe (Ferrari, Bugatti, etc…) de Teodorin Obiang dans ce même hôtel particulier.

Celui-ci a protesté jeudi contre cette perquisition dans un communiqué diffusé par son avocat, Me Emmanuel Marsigny.

«Ces locaux sont la propriété de l’Etat de Guinée équatoriale et sont utilisés aux fins de sa mission diplomatique en France. Ils bénéficient de la protection diplomatique prévue par la Convention de Vienne et sont, à ce titre, inviolables», a-t-il déclaré.

«Cet appartement relève du droit commun», avait réagi mardi de son côté le minitère français des Affaires étrangères.

Par ailleurs, le fils de M. Obiang «conteste fermement les accusations infondées de détournement de fonds publics dont il est la cible».

Pressenti pour succéder à son père à la tête de la Guinée Equatoriale qu’il gouverne sans partage depuis le coup d’Etat perpétré en 1979, Teodorin fait depuis plusieurs années l’objet d’enquêtes pour blanchiment et corruption aux Etats-Unis, où ce quadragénaire a longtemps mené une vie de playboy fortuné en Californie, selon Human Rights Watch.

Petit pays de 500’000 habitants, la Guinée est devenue le troisième producteur sub-saharien de pétrole. Mais, la majorité de la population vit encore dans la pauvreté malgré une impressionnante politique de grands travaux.

La France n’est pas le seul pays qui met la famille présidentielle équato-guinéenne sur le banc des accusés. L’actuel ministre de l’agriculture et des forêts est également impliqué dans une affaire de détournement de fonds aux Etats-Unis depuis octobre 2011. Teodorin Obiang Nguema Mangue, dont le domicile a été perquisitionné par la police française, est également visé par deux plaintes des autorités fédérales pour des irrégularités perpétrées sur le territoire américain.

Il est bon de savoir que Teodorin Nguema Obiang Mangue est arrivé aux Etats-Unis, pour la première fois, en 1991, à lâge de 23 ans pour étudier la langue anglaise à Pepperdine University dans la ville de Malibu, en Californie.

Plus tard, c’est dans le cadre de ses fonctions d’officiel de la République que la justice américaine lui signifie la menace d’une saisie de quelques 70,8 millions de dollars qui se trouveraient sur un compte bancaire portant son nom. Diverses sources affirment que Teodorin Obiang Nguema Mangue est accusé par les américains d’avoir utilisé sur leur territoire des sommes très importantes avec de l’argent usurpé dans le cadre d’activités gouvernementales en Guinée équatoriale.

L’avocat de la famille présidentielle a déposé, en réaction à cette action judiciaire, le 23 janvier dernier, une requête en rejet de la saisie et de la confiscation des biens du ministre et membre de la famille présidentielle.

Sources: AFP, theGuardian, Africa24 & France24.



Categories: News

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: