Nouvelle Vidéo: Pour Mitt Romney, “les Palestiniens ne sont pas intéressés par la paix”


Au lendemain de la publication d’une série de vidéos montrant le candidat républicain Mitt Romney prononçant un discours lors d’une levée de fonds, le magazine Mother Jones a diffusé, mardi 18 septembre, une deuxième série de clips (trois clips).

La scène se passe toujours le 17 mai, lors d’un dîner chez Marc Leder, patron d’un fonds d’investissement, à Boca Raton, en Floride. Alors que sur les premières vidéos, M. Romney parlait notamment de l’état économique du pays et“des 47 %” d’Américains qu’il considère comme “des assistés”, cette deuxième salve le montre abordant la politique étrangère. Et comme c’était le cas lundi, ce que dit Mitt Romney à de riches donateurs en privé est bien différent de ce que le candidat dit lors de ses meetings de campagne, ou même de ce que le Parti républicain présente comme son programme officiel.

Au sujet du conflit au Proche-Orient, Mitt Romney est formel : à ses yeux, le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens est une chimère, et le plus urgent est de ne rien faire.

Ces problèmes sont très difficiles à régler. Et je considère que les Palestiniens ne veulent de toutes façons pas la paix, pour des raisons politiques. Ils sont déterminés à détruire et à éliminerIsraël (…) donc je dis : ‘Ce n’est pas possible.’ A partir de là, nous disons : ‘Essayons de faire avancer les choses autant que possible.’ Nous espérons qu’il existe une certaine stabilité, mais nous nous rendons bien compte que cela va rester un problème sans réponse. Nous vivons cela avec la Chine et Taïwan. Nous avons une situation potentiellement volatile, mais nous vivons plus ou moins avec. Et nous renvoyons la balle plus loin en espérant qu’en fin de compte, d’une façon ou d’une autre, quelque chose se passe et le problème soit réglé. Nous n’irons pas en guerre pour le résoudre immédiatement.”

Il ajoute qu’“obliger les Israéliens à faire le premier pas pour que les Palestiniens suivent est la pire idée au monde”.

Mitt Romney – qui a été chaleureusement reçu à Jérusalem par le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou fin juillet – a par le passé accusé Barack Obama d’avoir “laissé tomber” Israël face à l’Iran. Le républicain s’est pourtant prononcé à plusieurs reprises en public pour une solution “à deux Etats”, une idée reprise dans le programme de son parti.

M. Obama a renforcé les liens avec Israël depuis son entrée à la Maison Blanche, en maintenant une aide de 30 milliards de dollars sur dix ans. Le dossier israélo-palestinien reste cependant un de ses revers les plus cuisants. Depuis deux ans, il a d’ailleurs renoncé à le faire avancer.

“OBAMA, EXTRAORDINAIREMENT NAÏF”

Pour moi, la diplomatie du président est guidée par une perception selon laquelle son magnétisme, son charme et sa persuasion sont si irrésistibles qu’il peut s’asseoir avec des gens comme Poutine, Chavez ou Ahmadinejad, et qu’ils trouveront que nous sommes un peuple si génial qu’ils s’assoiront avec nous et qu’ils arrêteront de faire des bêtises. C’est une perception extraordinairement naïve.”

Pendant la campagne, Mitt Romney s’en était déjà pris à la Russie, qualifiée “d’ennemi géopolitique numéro un” des Etats-Unis. Une façon de prendre le contre-pried de Barack Obama, dont la politique du reset (“redémarrage”) avec Moscou a abouti à un nouveau traité Start de désarmement nucléaire. Le dossier des droits humains a été passé sous silence.

Texte écrit par Luc Vinogradoff. Des vidéos Mother Jones



Categories: News

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: