Felix Baumgartner a franchi le mur du son


L’Autrichien Felix Baumgartner est devenu le premier homme à franchir le mur du son en chute libre après s’être élancé d’une capsule attachée à un ballon géant à plus de 39’045 m d’altitude, dans le ciel du Nouveau-Mexique (Etats-Unis). Baumgartner, 43 ans, a officiellement atteint 1,24 fois la vitesse du son lors de sa chute, soit 1 341,9 kilomètres/heure, selon Brian Utley, qui a procédé à l’enregistrement du record. Il s’est trouvé en chute libre pendant quatre minutes et 20 secondes avant l’ouverture de son parachute. Le saut dans son ensemble a duré un peu plus de 9 minutes.

“C’était difficile de ressentir un quelconque changement quand j’ai dépassé la vitesse du son à cause la combinaison. Je ne sentais pas à quelle vitesse je tombais“, a déclaré Baumgartner une fois revenu sur Terre. “Quand on se tient là au sommet du monde, on devient si humble… La seule chose que l’on souhaite, c’est de revenir en vie”, a-t-il confié à des journalistes à Roswell, où la mission de lancement était installée.

Lors de sa descente, Felix Baumgartner a également battu deux autres records du monde : celui de la plus haute altitude atteinte par un homme en ballon, et le record du plus haut saut en chute libre, avec 36’529 mètres de chute libre. Après sa chute, Baumgartner a clarifié ce qu’il a dit alors qu’il se jetait dans le vide – ses mots ont été rendus incompréhensibles par un craquement sonore lors de la diffusion en direct dans le monde entier. “Je sais que le monde entier est en train de regarder et j’aimerais que vous voyiez ce que je vois… Parfois il faut monter très haut pour comprendre à quel point on est petit, a-t-il lancé à ce moment là. L’événement a été regardée en direct par plus de sept millions de personnes uniquement sur YouTube.

Le ciel dégagé et les vents très faibles promis par la météo pour dimanche matin constituaient les conditions idéales dont il avait besoin pour monter, avec son ballon géant gonflé à hélium, aux confins de l’atmosphère, avant de s’élancer en chute libre. Baumgartner a décollé à 09h30 heure locale (16h30 heure suisse) et son ascension a duré plus de deux heures et demie. Arrivé à l’altitude programmée, après une longue check-list, il s’est élancé dans le vide tête en avant et a atteint sa vitesse maximale assez rapidement, après quelques dizaines de secondes. Il a atterri sain et sauf avant d’être rejoint par les membres de sa mission et de sa famille.

Connu pour ses exploits à répétition en parachutisme, avec notamment des sauts effectués depuis le Viaduc de Millau, les Tours Petronas de Kuala Lumpur ou encore de la statue du Christ rédempteur à Rio, l’Autrichien de 43 ans s’entraînait depuis cinq ans pour ce nouveau défi. Il avait déjà effectué deux sauts d’essai, en mars et en juillet, à des altitudes moindres.

Dimanche, il a finalement pu aller au bout de son programme, après deux tentatives reportées en début de semaine à cause de la mauvaise météo. Le parachutiste s’est donc installé dans une capsule attachée à un ballon fait de couches très minces de plastique quasi-transparent, un matériau ultra-léger, pourmonter à 39’000 mètres d’altitude, soit trois fois plus haut qu’un avion de ligne.

“Quelquefois il faut aller très haut pour se rendre compte combien nous sommes petits”, avait déclaré, un brin philosophe, le parachutiste peu avant de s’élancer dans le vide. Ce record a été suivi en direct par plusieurs millions de spectateurs sur le site internet de la mission grâce à plus de 35 caméras au sol et dans les airs, dont certaines attachées à la combinaison du parachutiste.

La mission Red Bull Stratos, forte d’une équipe de 100 personnes, espérait également, avec ce saut, contribuer à la recherche médicale en matière aéronautique, pour les astronautes et les éventuels futurs touristes de l’espace. Mais le saut de Baumgartner est également un gros coup de publicité pour la marque de boisson énergétique et son fondateur, le milliardaire autrichien Dietrich Mateschitz. L’homme possède la boisson énergisante la plus vendue au monde, une écurie de Formule 1 qui accumule les titres, plusieurs clubs de football, une collection d’avions anciens et une île du Pacifique.

Avec l’AFP



Categories: Buzz

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: