Les Américains Roth et Shapley reçoivent le Prix Nobel de l’économie 2012


La saison 2012 des prix Nobel s’est achèvée, ce lundi, avec la remise du prix en Sciences Economiques aux Américains Alvin Roth et Lloyd Shapley. Encore des Américains, direz-vous!

En effet, les 20 lauréats des dix dernières années incluent 17 Américains. Une statistique qui, de facto, fait des Etats-Unis, le vivier le plus influent au monde d’économistes célébrés et reconnus. Le prix Nobel d’économie 2012 décerné à ces deux chercheurs-enseignants couronne leurs travaux sur les marchés et la façon d’ajuster l’offre et la demande.

Le prix décerné par l’Académie royale des sciences suédoises, d’une valeur de 8 millions de couronnes (925’000 euros environ), a été créé en 1968. Baptisé prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel, le Nobel d’économie ne faisait pas partie des récompenses initialement prévues par l’inventeur de la dynamite.

“Cette année, le prix récompense un problème économique central: Comment associer différents agents le mieux possible”a annoncé le comité. Dans la théorie libérale classique, offre et demande s’ajustent par les prix. Mais cette procédure ne fonctionne pas sur tous les marchés. Séparément, Alvin Roth et Lloyd Shapley ont cherché à déterminer les conditions permettant les associations les plus stables et les plus efficaces, par le biais de la théorie des jeux.

THÉORIE DES JEUX ET DON DU REIN

Lloyd Shapley est considéré comme un des pionniers de la théorie des jeux et a notamment inventé l’algorithme de Gale (du nom d’un mathématicien américain aujourd’hui décédé, David Gale). Aujourd’hui âgé de 89 ans, Shapley, qui est professeur à l’université de Californie à Los Angeles (UCLA), était jusque-là considéré comme l’un des “nobélisables” qui risquaient d’être oubliés dans le palmarès.

Il a “utilisé ce qu’on appelle la théorie des jeux coopératifs pour étudier et comparer diverses méthodes” destinées à faire concorder offre et demande, en partant de l’exemple des mariages et débouchant avec un algorithme qui permet (en théorie) de donner à chaque célibataire le meilleur conjoint, a expliqué l’Académie royale suédoise des sciences. Concrètement, l’une des applications est “l’affectation de nouveaux docteurs dans les hôpitaux, d’étudiants dans les écoles, des organes à transplanter avec les receveurs”.

Alvin Roth, qui enseigne, lui, à l’université de Harvard, “a reconnu que les résultats théoriques de Shapley pouvaient élucider le fonctionnement pratique de marchés importants”. Le professeur de 60 ans s’est notamment intéressé à divers aspects du secteur de la santé, comme le recrutement des internes dans les hôpitaux ou les dons d’organe. Sa plus grande théorie est résumée dans un essai intitulé: ”L’Economie de la répugnance”.

A ses yeux, ses travaux consistent à étudier les “séductions” de toutes sortes.“L’appariement (…), c’est savoir comment obtenir les choses qu’on ne peut pas tout simplement choisir, mais où il faut aussi être choisi, par exemple aller à l’université, se marier, trouver un emploi”, a-t-il expliqué. “Vous ne pouvez pas tout simplement avoir ce que vous voulez, il faut aussi chercher à séduire et il y a de la séduction des deux côtés et nous étudions les procédures du marché qui permettent de faire se correspondre ces séductions.”

La poursuite des efforts pour trouver des solutions pratiques à un problème du monde réel”, telle est, en résumé, l’explication donnée par le comité du Prix Nobel en présentant la distinction qui vient couronner la carrière des deux économistes américains.

Les lauréats des dix derniers prix Nobel d’Economie:

-2012 : Lloyd Shapley et Alvin Roth (Etats-Unis);

-2011: Thomas J.Sargent et Christopher A.Sims (Etats-Unis);

-2010: Peter A. Diamond et Dale T. Mortensen (Etats-Unis)/ Christopher A. Pissarides (Chypre/Grande-Bretagne);

-2009: Elinor Ostrom et Oliver E. Williamson (Etats-Unis);

-2008: Paul Krugman (Etats-Unis);

-2007: Leonid Hurwicz, Eric S. Maskin et Roger B. Myerson (Etats-Unis);

-2006 : Edmund S. Phelps (Etats-Unis);

-2005: Robert J. Aumann (Israël/Etats-Unis) et Thomas C. Schelling (Etats-Unis);

-2004: Finn E. Kydland (Norvège) et Edward C. Prescott (Etats-Unis);

-2003: Robert Engle (Etats-Unis) et Clive Granger (Grande-Bretagne).

Avec Reuters & AFP



Categories: Economy

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: