Sénégal: les serres de la justice s’emparent de Karim Wade


Karim Wade, fils et ex-ministre de l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, a été interpellé hier, lundi 15 avril, et conduit à la section de recherche de la gendarmerie de Dakar. Peu avant, des documents justifiant son patrimoine, évalué par une cour spéciale à plus d’un milliard d’euros, ont été remis à la justice. Ou, du moins, c’est ce que certains organes de presse — notamment l’AFP — ont cru comprendre. Car, en lieu et place de pièces justificatives démontrant l’acquisition licite du patrimoine attribué à Karim Wade, c’est à un dossier contestant la quasi-totalité (98%) du patrimoine, évalué à plus d’un milliard d’euros, auquel la cour spéciale a eu droit.

Selon Me El Hadj Amadou Sall, ancien ministre de la Justice d’Abdoulaye Wade, “il s’agit d’un dossier en béton armé, sur lequel ils vont se casser les dents. Nous y démontons une à une les accusations”.

Dès lors, l’on peut aisément comprendre la tournure que les évènements ont pris devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) siègeant à Dakar, ce 15 avril 2013.

“C’est une épreuve de force que le régime nous impose, mais nous avons le droit avec nous”, a tenu à faire savoir Ciré Clédor Ly, l’un des avocats de Karim Wade.

Rappel des évènements précédant l’interpellation de Karim Wade

Le 15 mars dernier, Karim Wade avait été mis en demeure de justifier — dans un délai d’un mois — des avoirs évalués par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) à 694 milliards FCFA (1’058 milliard d’euros). Cette somme proviendrait de sociétés dont l’ancien ministre serait le“propriétaire”, ainsi que de “propriétés immobilières” et de comptes bancaires. Le fils de l’ancien président avait donc un mois pour justifier ses revenus avec des documents en bonne et due forme. C’est ce qu’une source proche de l’enquête avait confié à la presse, le mois dernier.

Recel et corruption

Face aux affirmations de la CREI, Karim Wade avait donc l’obligation de se justifier pour échapper aux serres de la justice de son pays. Et d’après ce que croit savoir le magazine JeuneAfrique, le patrimoine de Karim Wade établi par la Cour spéciale se décompose en quatre catégories principales.

D’abord, des flux bancaires relatifs aux deux comptes que l’ancien “ministre du Ciel et de la Terre” détient au Sénégal, à la SGBS et la CBAO. Sur ce point, les enquêteurs ont chiffré les “sommes versées sur ces comptes” au cours des douze dernières années, parvenant à une estimation totale d’1’4 million d’euros (0,13  % du total). Pour Karim Wade, ces versements “proviennent de sommes remises” par son père, l’ancien président, “pour la prise en charge des dépenses familiales et autres”.

Ensuite, les enquêteurs ont dénombré huit véhicules (évalués à 846’000 euros, soit 0,08  % du total). Des véhicules dont la propriété ou la valeur patrimoniale est partiellement contestée par l’accusé. Selon dans la documentation accompagnant le plaidoyer des avocats de Karim Wade, la Porsche Cayenne lui a été offerte “par son Altesse royale l’Émir du Koweït”, et la BMW Série 5 par “Sa Majesté le Roi du Maroc”. La Ford Ranger aurait été acquise par son père, de même que les trois GMC Denali, importées lors de la campagne présidentielle de 2012 et, ils auraient été “dédouanées à son nom”. Karim Wade produit également une expertise de ce parc automobile qui montre, selon lui, une nette surévaluation par la CREI.

Hommes de paille

Sur le chapitre de la propriété immobilière (23 millions d’euros, soit 2 % du patrimoine total), une partie des biens recensés par la CREI est reconnue par Karim Wade comme lui appartenant, même si la valeur qui leur est attribuée est jugée excessive par son équipe d’avocats. Il s’agit d’une extension de la propriété familiale dans la ville de Dakar (située au Point E), actuellement en construction. Le terrain aurait été acquis par Me Abdoulaye Wade, qui l’aurait mis au nom de son fils dans le cadre d’un “partage d’ascendant”. Est également confirmée par la défense de Karim Wade la propriété d’un immeuble à Dakar, situé dans le quartier Sicap Rue 10. Là encore, une attestation opportune de l’ancien président vient justifier l’achat et le financement des travaux concernant ce bien immobilier qui aurait été cédé à son fils dans le même cadre.

En revanche, la propriété d’un complexe immobilier de luxe, baptisé Eden Roc et détenu par la société Hardstand, est contestée par Karim Wade. Celle-ci – valorisée par la CREI à 20 millions d’euros — appartient en effet à deux hommes d’affaires d’origine libanaise, Bibo Bourgi — proche de l’ancien ministre — et son frère Karim. Quant aux deux terrains officiellement détenus par des sociétés civiles immobilières appartenant à l’un de ses amis d’enfance, Patrick William, les avocats de Karim Wade produisent les titres fonciers et contrats de bail indiquant qu’ils sont toujours la propriété de l’État du Sénégal et ne peuvent donc appartenir au fils de l’ancien chef de l’État.

Vient enfin le gros morceau de la mise en demeure. Karim Wade, selon le procureur spécial, possèderait en sous-main pas moins de quinze sociétés (pour un total de 1,03 milliard d’euros, soit 98  % du total). L’une d’entre elles, DP World Dakar SA, est la filiale sénégalaise du troisième opérateur portuaire mondial, Dubai Ports World. Cette société a obtenu en 2007 la concession relative au terminal à conteneurs du Port autonome de Dakar. Le fait que cette filiale, évaluée par la CREI à 596 millions d’euros, appartienne à Karim Wade a fait l’objet d’un démenti officiel de la maison mère, croit savoir le magazine JeuneAfrique.

Outre DP World Dakar SA, la CREI soupçonne Karim Wade d’être l’actionnaire caché de la société sénégalaise de service au sol AHS (Aeroport Handling Services) et de ses sept filiales (Bénin, RCA, Guinée équatoriale, Guinée Bissau, Niger, Ghana et Jordanie), mais aussi de la société chargée de l’exploitation de l’aéroport de Malabo, Adge. Des entreprises pourtant détenues majoritairement par les frères Bourgi, selon le magazine JeuneAfrique.

Figurent aussi sur la liste du patrimoine de l’ancien ministre, la société sénégalaise Daport SA, spécialisée dans le domaine aéroportuaire et officiellement détenue à 60% par l’opérateur allemand Fraport AG. Ou encore les sociétés BlackPearl Finance, ABS Sénégal, An Media (qui détient la chaîne de télé Canal Info News), CD-Media Group (qui contrôle le quotidien Le Pays et le site web lesenegalais.net).

Karim Wade contre la CREI, la justice sortira-t-elle vainqueur?

Le fils de Me Wade, qui a déjà fort à faire avec la CREI au Sénégal, n’en a pas fini avec la justice à l’étranger. Il fait également l’objet d’une enquête en France — à la suite d’une plainte de l’Etat du Sénégal — pour recel de détournement de fonds publics, recel d’abus de biens sociaux et corruption.

Déjà interdit de sortie du territoire sénégalais depuis novembre 2012, avec six autres dignitaires de l’ancien régime, Karim Wade, malgré le plaidoyer de son équipe d’avocats ne peut éviter la case prison, selon toute vraisemblance.

Karim Wade, ex-ministre de la coopération internationale, des transports aériens, des infrastructures et de l’énergie, doté de gros budgets, était surnommé “super-ministre” ou “ministre du ciel et de la terre”. Ancien conseiller de son père, Karim a également occupé plusieurs autres fonctions, dont celle de responsable de l’agence nationale de l’Organisation de la conférence islamique, chargée de grands travaux avant le sommet de l’OCI organisé en mars 2008 à Dakar.

“Chasse aux sorcières”

Le PDS (parti démocratique sénégalais/le principal parti d’opposition) accuse le régime du président Macky Sall, élu en mars 2012 face à Abdoulaye Wade, d’avoir lancé une “chasse aux sorcières” depuis son arrivée aupouvoir. Une accusation de harcèlement que le pouvoir du Président Macky Sall justifie par le besoin du Sénégal de retrouver et de mettre la main sur tous les biens mal acquis sous le régime précédent.



Categories: Focus

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: