Israël: Une députée noire découvre que son sang n’a pas la même valeur que celui des blancs [VIDÉO]


La députée israélienne, d’origine éthiopienne, Pnina Tamano-Shata, vient de découvrir à ses dépens que l’organisation caritative israélienne Magen David Adom — la Croix-Rouge israélienne — refuse le sang des israéliens noirs. En effet, le don du sang proposé par les citoyens noirs ne semble pas avoir la même valeur que celui des blancs en Israël.

Comme cela est clairement indiqué dans la vidéo ci-dessus, un responsable de l’organisation sanitaire explique que “selon les directives du ministère de la santé, il n’est pas possible d’accepter le sang donné par des individus d’origine juive éthiopienne [encore appelés: les Falashas, NDLR]”. Ces directives du ministère de la santé, présentées à la députée, ont provoqué une tollé général dans tout le pays, selon des témoignages rapportés par la presse israélienne.

Ces directives du ministère israélien de la santé, selon le responsable de Magen David Adom, sont sans ambiguïté: le sang des juifs d’origine éthiopienne qui ne sont pas nés en Israël est susceptible de propager des maladies, notamment le sida.

En Israël, le sang des noirs est suspect, selon le ministère de la santé.

Lors d’une interview accordée à la chaîne de télévision privée 10, Pnina Tamano-Shata ne s’est d’ailleurs pas privée de réagir et de dénoncer “cet affront fait à toute une communauté en raison de la couleur de sa peau”. “J’ai 32 ans, je suis arrivée à l’âge de trois ans en Israël, j’ai effectué mon service militaire et j’ai deux enfants, il n’y a aucune raison de me traiter de la sorte”, a-t-elle fait savoir.

La jeune femme politique rappelle d’ailleurs qu’en 1997, des émeutes provoquées par la communauté des Falashas avaient eu lieu à Jérusalem lorsque les médias avaient révélé que les autorités sanitaires se débarrassaient — sans l’utiliser — du sang donné par les Juifs éthiopiens. “Depuis cette époque où j’ai moi-même manifesté, rien n’a changé”, s’est-elle indignée.

Sous la pression des journalistes et dans le but de contenter la jeune femme politique, les responsables du Magen David Adom ont indiqué qu’ils étaient prêts à accepter le sang de la députée. En revanche — précision importante — ce don de sang récolté serait congelé et ne serait pas utilisé (selon les ordres du ministère de la santé), a précisé le site internet Ynet.

Mis au courant, le chef du gouvernement israélien, Benyamin Nétanyahou, a contacté la jeune politicienne, membre de Yesh Atid, un parti centriste membre de la coalition, pour lui exprimer son “admiration” et indiqué qu’il allait faire examiner les directives à l’origine de cette affaire. Des directives qui étaient déjà en place en 1997.



Categories: News

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: