la BCE fait passer un “stress test” à plus de 125 banques. Et les résultats ne sont guère rassurants


Les résultats que la banque centrale européenne (BCE) va publier ce dimanche 26 octobre 2014 sont sans équivoques: près de 25 banques européennes n’ont pas passé son “stress test”, un examen complet qui vise à examiner en détail l’état de santé des institutions financières qui opèrent sur tout le territoire de l’Union Europeénne. Cet examen [supposément] exhaustif est appliqué aux banques depuis la fin de la crise financière de 2008. Il est supposé démontrer la capacité des institutions financières testées à faire montre de résistance en cas de forte turbulence économique.

Les résultats de ce “stress test” viennent surtout confirmer une évidence, l’Union Européenne est en panne. Et son secteur bancaire ne s’en sort pas mieux. C’est la conclusion tirée des résultats que vont publier l’Autorité Bancaire Européenne (ABE) et la Banque Centrale Européenne (BCE), ce dimanche à 12h. Ces deux régulateurs du monde bancaire européen ont mené un contrôle similaire sur tous les points. La seule différence dans leurs investigations se trouve dans le fait que, contrairement à la BCE, les tests conduits par l’ABE incluent des banques européennes qui n’utilisent pas l’€uro comme monnaie de référence, à l’instar des banques anglaises, etc…

Et contrairement à l’argument développé par Olivier Delamarche dans la vidéo ci-dessus, il ne s’agit pas que d’une banque européenne qui aura été triée au volet pour en faire un exemple. Le document qui a fuité dans la presse fait état de 25 banques défaillantes. Et 10 banques parmi ces 25 institutions financières auront jusqu’au mois de novembre (environ un mois) pour augmenter leur capital.

Pour être tout à fait complet sur ces résultats, il est important de souligner que l’ABE et la BCE ont évalué la capacité des banques européennes à faire face à une baisse éventuelle d’activité sur le marché immobilier, une nouvelle récession (une absence de croissance économique) et une forte hausse de l’endettement (les emprunts bancaires notamment).

Comme il n’est jamais rare de le faire remarquer en pareilles circonstatnces, certains experts s’avancent déjà pour souligner le fait que certaines banques — à la sortie de ce “stress test” — ne vont pas se contenter d’agir sur leur capitalisation afin de se protéger contre les foudres des régulateurs et les éventuelles secousses économiques. Mais, ils songeront sérieusement à fusionner avec d’autres institutions financières afin d’assurer leur survie et de consolider leur activité.

En conclusion, rappelons que ce “stress test” est le troisième du genre depuis 2011. L’Autorité Bancaire Européenne en avait déjà conduit deux du même type qui avaient, en leur temps, été qualifés de timides et complaisants.



Categories: Economy

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: