France: même défait aux régionales, le Front National fait la démonstration de sa force


Dimanche soir, la France l’a échappé belle. Les partis qui gouvernent la France depuis toujours ont réussi à faire échouer le Front National. Sur les écrans de télévision, il suffisait de voir la mine soulagée des élus du parti républicain (LR) et du parti socialiste (PS) français pour comprendre à quel point ils étaient désormais conscients de leur interdépendance. Sans leur aide réciproque, aucun de ces deux partis ne peut plus vaincre le Front National (FN), tout seul. Cette interdépendance valide ainsi la thèse répetée plusieurs fois par Marine Le Pen: l’UMPS, c’est la caste qui s’accroche au pouvoir en France.

Comment est-ce que la France en est arrivée là?

Géographe et auteur français, Christophe Guilluy donne une explication fournie à cette question. Pour lui, le Front National a réussi à gagner les faveurs d’un électorat, depuis longtemps, délaissé par ce que Marine Le Pen appelle “l’UMPS”. “L’électorat du FN est constitué par les classes populaires, les jeunes et les actifs. Mélenchon [Front de Gauche] rêverait d’avoir l’électorat du FN… S’il ne l’a pas, c’est à cause de la question identitaire, qui reste taboue à gauche”, affirme-t-il. Là où la gauche française ne se contente que des données économiques et sociales pour identifier les problèmes et essayer de proposer des solutions, le Front National de Marine Le Pen ne s’embarrasse pas d’ajouter à ces questions économiques et sociales le facteur identitaire, national, migratoire et multicuturel. C’est ainsi que le parti de Marine Le Pen a réussi — ces dernières années — à hériter des électeurs de la gauche et d’une partie de la droite.

Les résultats des élections régionales 2015 au second tour

Le Front National a été défait hier soir. Les régions du Nord, Sud et Est dans lesquelles il devait l’emporter, au second tour, sont revenues à leurs adversaires de “l’UMPS”. Une défaite d’autant plus cinglante, que Marine Le Pen, Marion Maréchal Le Pen et Florian Philippot s’étaient laissés convaincre — dans l’euphorie de leurs victoires respectives au premier tour — qu’ils allaient enfin pouvoir briser le plafond de verre qui veut qu’en France, aucun candidat du FN n’a jamais gagné une élection majeure au deuxième tour, depuis sa fondation en octobre 1972.

C’est d’ailleurs sur un ton moqueur que Marine Le Pen et ses deux camarades malheureux de la soirée électorale se sont permis de décrire le “complot” dont ils se disent victimes. Florian Philippot dénonce, par exemple, Manuel Valls, Premier Ministre, qui “a intimidé et terrorisé les électeurs de gauche pour les contraindre à voter dans certaines régions pour la droite”. Et Marine Le Pen de conclure: “Ils sont arrivés au bout. Il existe désormais un nouveau bipartisme: les patriotes-nous – contre les mondialistes – eux, Sarkozy comme Hollande”.



Categories: Subjects in French

Tell us what you think. Cliquez ici et donnez votre avis

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: