On le dit très souvent, 1984, l’oeuvre de George Orwell, n’était pas supposée être le manuel de la surveillance de masse. Mais, en Chine, aujourd’hui, comme partout ailleurs, les start-up de la biométrie développent, en étroite collaboration avec l’Etat policier, des outils intrusifs dans la sphere privée.

D’un côté, les autorités accueillent avec bienveillance, ou soutiennent, des technologies qui leur permettent de mieux contrôler les populations. De l’autre, des jeunes entreprises technologiques peuvent se hisser à la pointe dans leur domaine grâce à des ressources en intelligence artificielle et un accès facile aux informations de centaines de millions d’habitants, profitant de la faible protection des données personnelles. À l’aide de 176 millions de caméras, la surveillance de masse en Chine est une activité en pleine expansion.

De fait, cela fait du pays de Xi Jinping, Le champion de la reconnaissance faciale, vocale, de la démarche, de la lecture des veines de la main, etc. Le parti communiste et l’État chinois collaborent à la fois avec le privé et avec la sécurité publique.
Si la reconnaissance faciale est plus impressionnante quand elle est installée sur des lunettes, elle équipe déjà largement les 176 millions de caméras de surveillance installées en Chine.

Juste pour faire la démonstration du niveau de precision et de l’efficacité de la surveillance par la reconnaissance faciale, en Chine, voici une vidéo fournie par un journaliste de BBC qui s’est prêté à l’exercice.

La Chine démontre ainsi qu’elle a toujours été en avance sur l’utilisation de l’intelligence artificielle appliquée dans le domaine de la surveillance de masse. La prevue: dans la vidéo ci-dessus, le système de vidéosurveillance du pays a retrouvé ce journaliste de la BBC en seulement sept minutes lors d’une manifestation en 2017. Mais cette nouvelle technologie, développée par LLVision, basée à Beijing, porte les efforts de surveillance pratiquée en Chine à un niveau qui commence à inquiéter les militants de la protection de la sphère privée.

En effet, dans une vidéo publicitaire publiée en décembre sur la plate-forme de messagerie populaire chinoise ”WeChat”, Wu Fei, le PDG de la société, affirme que LLVision Technology est la seule au monde à travailler avec la sécurité publique en temps réel. Une technologie que l’État chinois est ravi d’utilisé pour la surveillance, par exemple, de la région autonome Ouigour du Xinjiang.

Follow me

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.