Prison de kondengui

Au Cameroun, le Tribunal criminel spécial (TCS) et la prison centrale de Kondengui (Yaoundé) sont de retour dans l’actualité. Cela à la faveur d’une vague d’arrestations visant d’anciens membres du gouvernement soupçonnés de ”malversations financières”. Le prévenu le plus notoire de cette série d’arrestations étant Basile Atangana Kouna.

En effet, depuis plusieurs jours, l’ancien ministre de l’Énergie et de l’Eau, limogé le 2 mars, était l’homme le plus recherché du Cameroun. Des rumeurs prétendant qu’il avait été arrêté à Kribi ou qu’il serait en fuite au Canada ont finalement fait place à son arrestation au Nigeria où il a été interpellé par Interpol.

Le TCS, où sont jugés les suspects appréhendés dans le cadre de l’opération ”épervier”, est une juridiction d’exception compétente pour juger, ”lorsque le préjudice est d’un montant minimum de 50 millions de francs CFA (environs 95’000 dollars américains), des infractions de détournements de deniers publics et des infractions connexes prévues par le Code pénal et les conventions internationales ratifiées” par le pays, selon les dispositions de la loi l’ayant institué en 2011.

Dans la soirée du 22 mars, menottes aux poignets, Basile Atangana Kouna a été rapatrié à Yaoundé par jet spécial. Cité dans plusieurs scandales de détournement de fonds public, l’ancien ministre, en fuite depuis le début de la semaine, était interdit de sortie du Cameroun depuis le 8 mars. Il devrait prochainement être entendu par le TCS, chargé des affaires en lien avec l’opération anti-corruption Épervier.

Désormais en détention préventive à la prison centrale de Yaoundé, l’ex-ministre est poursuivi pour sa gestion de la Société nationale des eaux du Cameroun (SNEC) puis de CAMWATER, entreprise publique chargée de la production et de la distribution de l’eau et créée après la liquidation de la première.

En début de semaine, la prison centrale de Yaoundé avait déjà accueilli d’autres nouveaux pensionnaires. Parmi lesquels: Jean William Sollo (ancien directeur général de la Camwater), Bruno Bekolo Ebe (ancien recteur de l’université de Douala), Louis Max Ayina Ohandja (ancien secrétaire d’Etat au ministère des Travaux publics chargé des routes) et Dieudonné Oyono (ancien directeur du Programme national de gouvernance).

L’Épervier pourrait ne pas en rester là. Edgar Alain Mebe Ngo’o (ex-ministre des Transports) était attendu devant le TCS le 23 mars dernier, tout comme la directrice de publication de Cameroon Tribune et directrice générale de la SOPECAM, Marie-Claire Nnana et André Noël Essiane (maire de Sangmélima), Robert Nkili Atyam (ancien ministre des Transports), est lui aussi dans le viseur de l’opération. Il devait être entendu par le TCS, le 22 mars, au sujet de soupçons de surfacturation de deux aéronefs de fabrication chinoise pour le compte de la Camair-Co. Le préjudice reproché s’élèverait à plus de 20 milliards de francs CFA.

Pour rappel, un nombre important d’anciens membres du gouvernement et de dirigeants d’entreprises publiques ont déjà été condamnés à la peine de prison pour avoir détourné des fonds publics. Parmi eux, se trouvent in ancient Premier ministre, Ephraim Inoni, et un ancien secrétaire général de la présidence, Hamidou Yaya Marafa, tous deux arrêtés en 2012.

Follow me

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.