Touristes européens libérés au Cameroun

Le Cameroun est une destination appréciée par les touristes, notamment pour sa mosaïque de paysages et de cultures. Mais, très malheureusement depuis quelques années, il est aussi devenu le théâtre de violences qui opposent l’armée nationale contre deux adversaires récurrents aux revendications complètement différentes. le groupe terroriste Boko Haram et les séparatistes anglophones qui revendiquent l’indépendance de ce qu’ils appellent l’Ambazonie.

Pour illustrer cette situation tendue au pays de Paul Biya, il y a ce cas d’une douzaine de touristes européens qui se sont retrouvés nez à nez avec les forces indépendantistes anglophones. Heureusement pour ce groupe de cinq italiens et sept suisses, ils ont été libérés le lundi 2 avril par l’armée camerounaise. Telle est, en tout cas, la version donnée par le ministre de la communication camerounais dans un communiqué paru mercredi.

En excursion de trois semaines avec African Adventures, un tour operator basé en Suisse spécialisé dans les voyages off road, ces européens n’ont été détenus que pendant quelques heures.

Toujours en relation avec le climat d’insécurité du pays aux 25 millions d’habitants (chiffres Banque Mondiale), six otages supplémentaires — de nationalité camerounaise — ont, quant à eux, été libérés lors d’une opération militaire complètement séparée.

Régions linguistiques

Contacté par le journal tessinois La Regione, l’organisateur du voyage Athos Ghiringhelli était présent sur place. Egalement propriétaire de l’agence African Adventures, il évoque un simple “petit problème en route”: “Un barrage d’hommes armés a arrêté nos véhicules à l’extérieur d’un village sur la route qui mène à l’attraction touristique Twin Lakes, dans le Sud-Ouest du pays”, raconte le tessinois. “Bien qu’il ait été difficile d’interpréter correctement la situation, nous avons été traités avec respect et n’avons pas eu l’impression que nos vies étaient en danger”.

Débutée aux alentours des 16 heures, la prise d’otage a connu son épilogue après qu’un accord a pu être trouvé à l’arrivée des forces gouvernementales camerounaises de la Brigade d’Intervention Rapide (BIR), vers minuit. “Le voyage devrait maintenant se poursuivre en direction du Tchad” ajoute Athos Ghiringhelli.

Touristes suisses et italiens avec le BIR

Que veulent les indépendantistes Anglophones?

Si l’identité précise des preneurs d’otages demeure à confirmer, les soupçons se dirigent actuellement vers un groupe indépendantiste nommé Ambazonia Defense Forces (Forces de défense de l’Ambazonie). Dans un pays à majorité francophone, ce groupe armé provenant d’une minorité anglophone dénonce des discriminations et se bat pour un Etat indépendant, la République fédérale d’Ambazonie.

En octobre 2017, l’Etat camerounais avait déjà vivement réagi à une déclaration symbolique d’indépendance du mouvement, dont le président a été arrêté en début d’année au Nigéria.
Il s’agit du deuxième enlèvement d’étrangers depuis le début de l’année dans la region. La Suisse déconseille cette partie du Cameroun à ses ressortissants.

Follow me

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.